Des solutions rapides quand le prix des concentrés est élevé

Vous l’avez certainement remarqué sur vos factures. Depuis plusieurs mois, le prix des concentrés est particulièrement élevé. Différents éléments expliquent ce phénomène, mais la guerre en Ukraine vient amplifier le problème en ayant un effet important sur le prix des grains et du carburant. Quelles solutions concrètes peuvent aider à diminuer l’impact des prix élevés sur ma marge alimentaire?

Les temps sont difficiles pour tous les agriculteurs du monde étant donné l’effet de cette guerre sur le coût de l’ensemble des intrants. Bien évidemment, il faut avoir une pensée particulière pour nos collègues en Ukraine, qui tentent de nourrir le monde tout en devant cohabiter avec des engins de guerre dans leurs champs. Personne ne sait combien de temps tout ça durera… De toute façon, nous n’avons pas de contrôle là-dessus. Aussi bien se concentrer sur ce que l’on peut contrôler.

Quelques éléments sur lesquels nous avons du contrôle

La première étape pour atténuer les impacts de cette crise, c’est de savoir comment son entreprise s’en sort dans cette situation. Les coûts d’alimentation montent pour toutes les fermes, mais ont-ils augmenté davantage chez vous qu’ailleurs? Le calcul de la marge alimentaire de votre entreprise viendra répondre à cette question. Grâce à notre base de données qui rassemble l’information de plusieurs centaines de fermes du Québec, tous fournisseurs confondus, vous pourrez vous comparer avec les autres.

Ensuite, il faut passer en mode solution et tenter de minimiser le plus possible le coût des aliments, tout en maximisant la production des vaches pour le même niveau de concentrés. Nous vous proposons une liste de points à vérifier qui pourrait améliorer la situation de votre ferme. Cette liste débute par les éléments faciles à mettre en application et qui permettent d’obtenir des résultats rapidement. On a tendance à croire que les solutions simples ne peuvent pas avoir d’effets significatifs, mais c’est tout le contraire!

  1. Calibrer le distributeur de concentrés et le mélangeur;
  2. Réutiliser les refus pour les taures;
  3. Aiguiser régulièrement les couteaux du mélangeur (à vérifier tous les trois mois, ou au besoin);
  4. Vérifier la mouture et la digestion des grains;
  5. Réévaluer la gestion de la mangeoire;
  6. Évaluer la consommation de fourrages/effet de substitution;
  7. Revoir le groupage des vaches;
  8. Revoir l’alimentation des taures;
  9. Réévaluer les choix d’aliments (prix versus la valeur nutritive);
  10. Évaluer la pertinence des additifs;
  11. Revoir la gestion de l’approvisionnement :
    1. Quantités commandées
    2. Format plus économique
    3. Escomptes
  12. Échantillonner régulièrement les fourrages :
    1. À chaque lot, et au moins une fois par mois (augmenter la fréquence pour les plus grands troupeaux)
    2. Voir la section 4 de ce guide pour un rappel sur les techniques d’échantillonnage

Et après, on fait quoi?

Après avoir choisi quelques solutions pratiques pour votre entreprise, il faudra bien sûr les appliquer, mais aussi faire le suivi de votre marge. Cela permettra de voir si vos efforts ont été récompensés. 

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Par Jean-Philippe Laroche, agr., M. Sc.
La valorisation des fourrages par les ruminants est un sujet particulièrement passionnant pour Jean-Philippe, qui a grandi sur une ferme laitière. Diplômé en agronomie de l’Université Laval en 2018 et membre de l’Ordre des agronomes, il a également complété une maîtrise en sciences animales, durant laquelle il a reçu plusieurs distinctions.