Impact de la hausse des taux d’intérêt sur les fermes laitières

On le sait maintenant, le taux directeur a déjà augmenté de 2,25 % depuis le début de l’année et il y aura vraisemblablement d’autres hausses d’ici la fin de l’année. Certains économistes parlent d’une augmentation totale de 3 % avant la fin 2022.

L’impact pour les producteurs laitiers sera important

La plupart des fermes laitières ont un endettement qui varie entre 15 000 $ et 30 000 $ par kilo de quota détenu, et cette dette est en grande partie renouvelable à court terme. Donc, l’augmentation des taux d’intérêt viendra affecter le paiement de la dette et les besoins de trésorerie des producteurs dans les 12 prochains mois.

L’impact sur les paiements dépendra du taux d’endettement, mais aussi du terme de la dette. Plus la dette est prévue être remboursée à long terme, plus l’impact sera grand. Donc les paiements sur les prêts à intérêts seulement, ou sur des termes de 20 ans et plus, seront les plus affectés. 

Comment savoir où je me situe?

Le graphique ci-dessous nous montre les effets d’une augmentation du taux d’intérêt entre 2 % et 3 %, pour une dette avec des termes allant de 10 à 20 ans. Par exemple, pour une ferme ayant un endettement de 20 000 $/kg de quota avec un terme de 10 ans, une augmentation de 2 % du taux d’intérêt se traduit par des déboursés additionnels de 225 $/kg/an.  Alors qu’une augmentation de 3 % du taux d’intérêt avec un terme de 20 ans se traduit par une augmentation de 380 $/kg/an.

Pour une ferme de 100 vaches avec 113 kg de quota, c’est donc entre 25 425 $ et 42 940 $ de déboursés additionnels par an, soit entre 2 000 $ et 3 500 $ par mois environ.

Des solutions?

Dans un contexte d’inflation du prix des intrants (aliments, carburants, fertilisants, main-d’œuvre, etc.), d’une baisse saisonnière de la production à venir, l’automne pourrait être très difficile financièrement pour plusieurs fermes.

La réduction des dépenses à la ferme est de mise, et les conseillers Lactanet peuvent vous aider en ce sens. Certaines solutions financières sont disponibles pour vous à explorer. Premièrement, faire un budget et un suivi des flux de trésoreries permettra de mieux comprendre l’ampleur de la situation et de la gérer. Deuxièmement, les créanciers ont possiblement des solutions à offrir, que ce soit une restructuration de dette ou un congé de paiement de capital. La disponibilité de ces solutions dépend souvent de la situation financière de la ferme et de la confiance des créanciers envers ses gestionnaires. Donc, maintenir une bonne communication avec les créanciers peut être avantageux, voire nécessaire.    

Des solutions peuvent être mises en place plus facilement que vous ne le pensez. N’hésitez pas à demander l’aide d’un conseiller Lactanet, à discuter de vos options avec votre technicien ou à contacter notre équipe de service à la clientèle.

Surveillez nos prochains articles pour vous aider à trouver des solutions ou contactez-nous pour un soutien supplémentaire.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
By Simon Jetté-Nantel, Ph. D.
Agroéconomiste