Vos aliments sont-ils gaspillés?

Plus de la moitié de vos frais de production sont liés à l’alimentation. Vous passez la plus grande partie de votre temps à la ferme à vérifier que chaque aspect lié aux aliments est optimisé – en augmentant le rendement des fourrages, en minimisant le gaspillage en entreposage et en perfectionnant vos rations et vos systèmes d’alimentation. Vous mettez vos aliments à profit, mais pouvez-vous en dire autant de vos vaches?

L’efficience alimentaire est la façon dont vous pouvez mesurer la capacité de votre vache à convertir les aliments dans la mangeoire en lait dans le réservoir. Tous les animaux utilisent les aliments différemment et en quantités différentes – ce qui signifie que nous avons la possibilité d’améliorer l’efficience en utilisant la sélection génétique. Notre but est d’identifier les animaux les plus efficaces vis-à-vis des aliments et de les utiliser pour créer la prochaine génération.

Vous mesurez l’efficience alimentaire d’un animal en observant la différence entre la quantité que vous croyez que votre animal va manger par rapport à ce qu’il mange réellement. Une vache qui mange moins que prévu pour son niveau de production, sans perdre de condition de chair, est plus efficace. En utilisant cette idée, nous pouvons tenir compte des différences dans la consommation d’aliments que nous observons d’un animal à l’autre en raison de leur niveau de production ou de leur poids corporel – et cibler la réelle efficience alimentaire métabolique.

Le problème est que les données ciblant la réelle efficience métabolique ne sont pas disponibles à grande échelle. L’efficience alimentaire est complexe et elle est influencée par de nombreux mécanismes biologiques. Elle exige des relevés approfondis et détaillés sur de nombreuses caractéristiques de la vache. Les plus importants sont l’ingestion quotidienne individuelle de matière sèche dont la mesure est coûteuse et exige de la main-d’œuvre, ainsi que le poids corporel. Grâce à l’introduction de nouvelles technologies avancées comme la génomique et à des collaborations avec d’autres pays sur le plan des données, nous pouvons maintenant commencer à cibler la réelle efficience métabolique des bovins laitiers. Lactanet a participé au financement d’un important projet de recherche international, dirigé par des scientifiques canadiens, qui vise à combiner des données de différents pays pour créer des outils génétiques qui font de l’efficience alimentaire des bovins laitiers une réalité.

À compter de la publication des évaluations génétiques d’avril 2021, les évaluations de l’Efficience alimentaire seront disponibles pour toutes les femelles Holstein qui font partie de l’inventaire d’animaux signalés à Lactanet dans les troupeaux inscrits à ses services de contrôle laitier, incluant le CLé. Les évaluations de l’Efficience alimentaire des taureaux Holstein génotypés en I.A. seront aussi publiées. Nous utilisons des données du Canada et de multiples autres pays pour faire en sorte que nos évaluations publiées de l’Efficience alimentaire sont aussi fiables que possible en incluant des données recueillies auprès de vaches, à la fois dans des troupeaux de recherche et commerciaux.

Comme c’est le cas pour tous les caractères fonctionnels, l’Efficience alimentaire sera exprimée en tant que Valeur d’élevage relative (VÉR) avec une moyenne de 100 et un écart général de 85 à 115. Chez les taureaux, plus la VÉR est élevée, plus leurs filles devraient être efficaces pour convertir les aliments en production de lait. Ce nouveau caractère cible l’Efficience alimentaire des vaches après le pic de lactation, minimisant le stress pendant la période de transition. Pour chaque hausse de cinq points dans la VÉR de l’Efficience alimentaire d’un taureau, les filles devraient réduire leur ingestion totale de matière sèche après le pic de lactation de 60 kg – à chacune des lactations.

À l’extérieur du Canada, les évaluations de l’efficience alimentaire aux États-Unis et en Australie ont été exprimées en tant qu’Économie alimentaire. Aux É.-U., les évaluations publiées reflètent une combinaison de la diminution d’aliments utilisés par des animaux qui sont efficaces et de la consommation d’aliments moins élevée normalement requise par des animaux de plus petite taille corporelle en raison de la réduction des coûts d’entretien.

La nouvelle évaluation canadienne de l’Efficience alimentaire est axée sur la sélection visant à améliorer l’efficience biologique sans affecter les niveaux de production, la taille corporelle ou la période de transition. En début de lactation, les vaches subissent déjà beaucoup de stress alors qu’elles font la transition du tarissement aux nouvelles demandes en énergie de la lactation. L’Efficience alimentaire au Canada évite de diminuer la quantité de matière sèche ingérée en début de lactation et vise à prévenir un équilibre énergétique négatif.

En utilisant des données mondiales collectives, le Canada dispose maintenant d’un outil de sélection génétique pour améliorer l’Efficience alimentaire. L’utilisation des évaluations de l’Efficience alimentaire est une façon simple et non intrusive d’assurer que vos vaches mettent à profit leurs aliments – tout comme vous le faites.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Par Caeli Richardson
Caeli Richardson est Experte en transfert du savoir spécialisé en génétique. Elle assure la communication entre l'équipe des services génétiques, les partenaires industriels et les producteurs.
Par Brian Van Doormaal

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *