Les effets de vos décisions d’élevage sur la rentabilité

La rentabilité est un défi constant pour les entreprises en production laitière. Il importe de trouver des stratégies qui permettent d’augmenter les revenus et de réduire les coûts pour ultimement accroître cette rentabilité. Dans cette optique, l’analyse de votre programme de remplacement pourrait apporter des améliorations à votre ferme.

Sur le plan financier, l’élevage des génisses de remplacement représente une dépense nette et constitue l’un des principaux coûts liés à la production du lait, avec ceux de l’alimentation et de la main-d’oeuvre. La gestion d’un programme de remplacement devrait ainsi viser à réduire l’ensemble des coûts, tout en améliorant la qualité des génisses en croissance.

L’un des facteurs ayant le plus d’impact sur la rentabilité globale d’une ferme est l’âge ciblé pour le premier vêlage. Les résultats de plusieurs études indépendantes réalisées dans différentes régions du monde affirment que des génisses qui vêlent à un plus jeune âge rapportent plus pour l’entreprise.

Il n’est pas surprenant d’apprendre que ce constat s’applique aussi au Québec. Une analyse effectuée à partir des données de production des fermes du Québec (base de données de Lactanet), des prix moyens du lait et des coûts standards d’environ 300 entreprises laitières (base de données d’Agritel) a permis de calculer la rentabilité au cours de la vie productive des génisses holsteins dont l’âge au premier vêlage variait de 22 à 28 mois. Les résultats sont illustrés à la figure 1. Dans ce graphique, les premiers points pour chaque catégorie d’âge représentent le coût d’élevage jusqu’au premier vêlage; un coût qui augmente avec l’âge. Une fois que la vache commence à produire du lait, les revenus générés fi nissent par rembourser le coût de son élevage. Ce moment correspond au point où chaque ligne croise l’axe horizontal (rentabilité 0 $).

Les données démontrent que les génisses qui vêlent à 22 et 24 mois génèrent plus de revenus par jour que celles qui vêlent à 26 et 28 mois. Pour un écart d’à peine 6 mois d’âge au premier vêlage, les plus hâtives remboursent leur coût d’élevage presque 20 mois avant les plus tardives. À partir de ce point, les profi ts du lait contribuent à la rentabilité nette de la ferme jusqu’à ce que la vache soit retirée du troupeau. C’est donc dire que les génisses qui vêlent à un plus jeune âge présentent une meilleure rentabilité à vie. 

Les fermes laitières où les génisses vêlaient à un âge plus précoce ont pu récupérer leurs coûts d’élevage plus rapidement. De plus, ces entreprises ont réalisé un bénéfice net plus élevé au cours de la vie des animaux de remplacement par rapport aux fermes où les génisses vêlaient à un âge plus avancé. Cette amélioration de la rentabilité à vie associée à un premier vêlage plus hâtif s’explique non seulement par la diminution du coût d’élevage par sujet de remplacement, mais aussi par des lactations plus rentables. De ce fait, le nombre de sujets de remplacement requis serait réduit.

Plus elle est jeune, mieux c'est?

Depuis des décennies, il est recommandé de viser un premier vêlage à l’âge de 24 mois. Par contre, plusieurs troupeaux ont pu démontrer qu’il est possible de faire vêler les génisses à 22 mois, et les données indiquent qu’un vêlage à l’âge de 20 mois ou même moins serait sans incidence sur la production à vie.

D’après les dernières estimations, l’âge moyen au premier vêlage dans les troupeaux holsteins au Canada se situe entre 25 et 26 mois (Réseau laitier canadien, 2015; L’évolution de la production laitière québécoise, 2019). Cette moyenne nationale pour l’âge au premier vêlage et les estimations québécoises de la rentabilité à vie indiquent qu’en moyenne les troupeaux holsteins au Canada pourraient augmenter la rentabilité à vie par génisse de près de 1000 $ CAN en abaissant l’âge au premier vêlage à 22 mois. Il s’agit d’un gain majeur pour la rentabilité nette d’une entreprise laitière, quelle que soit sa taille. Quelle quantité de lait additionnelle faudrait-il produire ou de quota supplémentaire faudrait-il acheter pour obtenir une telle hausse de profit?

Comment abaisser l'âge au premier vêlage dans votre troupeau?

Il serait pertinent de vous demander quelles sont les actions à entreprendre pour arriver à réduire l’âge au premier vêlage des animaux de remplacement. Cela représente tout un défi , puisque l’âge au premier vêlage dépend de l’ensemble des pratiques et des décisions appliquées au cours du développement des génisses, telles l’alimentation au colostrum à la naissance, l’atteinte des cibles de croissance et l’identifi cation du meilleur moment pour la première saillie.

En examinant les différents aspects de votre programme d’élevage, vous aurez à évaluer votre performance, fixer des objectifs et appliquer des mesures, puis vous répéterez la séquence. Vous avez besoin d’aide? Comptez sur l’expertise de Lactanet pour vous conseiller et pour accompagner votre équipe tout au long du processus visant à maximiser la rentabilité de votre ferme.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Par Rodrigo Molano, Ph. D.
Stagiaire postdoctoral, nutrition et élevage
Par René Roy agr.
Par Débora Santschi agr., Ph. D.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *