Pratiques de régie favorisant la production d’acides gras de novo

Les analyses PROFILab sur les échantillons de lait du réservoir nous permettent déjà d’évaluer la santé ruminale et de mettre en évidence des pratiques de gestion de l’alimentation par le profil d’acides gras.

Parmi les acides gras du lait ce sont surtout les acides gras de novo qui, synthétisés à partir de précurseurs provenant de la fermentation ruminale, reflètent la santé ruminale et augmentent avec le gras du lait.

Pour mieux identifier les pratiques de régie favorisant la production d’acides gras de novo, nous avons entamé une étude sur 102 fermes laitiers au Québec de juillet à décembre 2020.

Voici quelques faits saillants !

Premièrement, nos résultats indiquent clairement que les troupeaux avec plus de de novo ont aussi des marges sur les coûts d’alimentation plus élevées, soit si exprimé en dollar ($) par hectolitre (hl) de lait produit soit en $ par vache en lactation (c.-à-d., l’unité de production) [Figure 1].

Figure 1. La marge sur les coûts d’alimentation augment avec une augmentation des acides gras de novo pour les 102 troupeaux québécois à l’étude   

Une bonne transition, de bons de novo​

Voici donc une bonne raison pour maximiser les de novo du lait. Mais comment y parvenir? Tout d’abord par une bonne régie de transition comme le montre le graphique ci-dessous [Figure 2]. Le top 10% des meilleurs troupeaux en termes de de novo a un indice de transition moyen hautement positif de 1300 tandis que le 10% inférieur a un indice de transition négatif (-10 en moyenne).

On trouve également d’autres indicateurs tous aussi liés à une bonne transition:   troupeaux avec plus de de novo ont aussi un meilleur rendement du lait au pic de la lactation, un taux de réforme involontaire plus bas, et une prévalence d’acétonémie (BHB ≥ 0,15) et de comptage de cellules somatiques (CCS > 200,000) plus basses.

En plus de l’indice génétique, nos résultats démontrent aussi  qu’il existe plusieurs autres stratégies pour augmenter la synthèse d’acide gras de novo à court terme.

Figure 2. Ce graphique montre l’importance d’une bonne régie de transition et reproduction pour maximiser les acides gras de novo en g/jour

Comment optimiser sa marge par vache avec les de novo ?

Enfin, une analyse plus approfondie des acides gras de vaches individuelles de ces 102 fermes nous suggère de cibler une variation faible d’acides gras de novo au sein du troupeau, puisque la marge par vache en lactation diminue avec une dispersion plus accrue [Figure 3].

Lactanet travaille présentement au développement d’un outil pour mieux comprendre le profil d’acides gras des vaches individuelles (échantillons de contrôle laitier). Ceci est un exemple d’indicateurs qui pourraient donner de la valeur ajoutée et intégrés à PROFILab pour mieux indiquer quelques pistes de solutions appliquées aux résultats de votre ferme !

Figure 3. La marge sur les coûts d’alimentation par vache augment avec moins de dispersion d’acides gras de novo parmi les vaches au sein de son troupeau

La dispersion représente la déviation absolue médiane d’acides gras de novo en g/jour relative ajustée par le nombre de vaches en lactation.

Ce projet est financé par l’entremise du programme Innov’Action agroalimentaire, en vertu du Partenariat canadien pour l’agriculture, entente conclue entre les gouvernements du Canada et du Québec.

 
 

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Par Daniel Warner
Analyste de données
Par Débora Santschi agr., Ph. D.
Par Josiane Prince
Par Camille Boulanger

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *